La fraise et le Soi

Quel goût a une fraise ? Est-il possible d'expliquer vraiment le goût d'une fraise à quelqu'un qui n'en a jamais mangé ? Il est très facile dans cette analogie de comprendre que la représentation et l'explication du goût ne sera jamais le goût en lui-même. Mettre en mot le goût de la fraise sera toujours à côté de la plaque parce que dès qu'on y a gouté on sait tout de suite intimement que c'est ça ! Là, il n'y a plus de doute, l'expérience est intime, et tout les mots que les gens auront pu nous dire au sujet de la fraise s'envolent en fumée car ils n'ont plus rien à voir avec le vécu direct. ....Après, on aura beau essayer à notre tour d'expliquer ce qu'est le goût, jamais ça ne sera vrai.

Le néant de toutes choses.

Chosifier l'Absolu est inévitable pour le mental. Il ne peut pas Connaitre, il représente donc comme il le peut. Le mieux est de le voir faire, de voir qu'il est en train de faire une chose de l'Absolu, ainsi ça évite de tomber dans son piège et de prétendre en connaitre quoi que ce soit... Le fait est que l'Absolu est non-manifesté. Il est seulement possible de l'être, de le manifester dans notre part de chair. C'est notre vraie nature, même si c'est mal dit, car pour que nature il y ait, ça prend du concret, quelque chose à appréhender, séparé de soi, ça prend soi + quelque chose là en dehors qui est connaissable comme étant l'Absolu et ce n'est pas ça. Ce n'est pas en dehors. Le non-mani

Je n'existe pas.

En moi j'ai rencontré l'Immense trou noir, l'Innommable créateur de lumière, capable de l'anéantir et de la créer tout à la fois. En moi j'ai rencontré l'Inexistence, cette dimension qui n'en est pas une, issue de nulle part et n'allant nulle part et qui pourtant se reflète dans un monde fabriqué, complètement lumineux et concret. L'expérience d'éveil est personnelle. Il y a autant d'humains qu'il y a de possibilités de manifestations de cette expérience, et je pense qu'est là l'enrichissement du partage. Il n' a pas de vérité puisque chaque émanation de cette non-expérience sera de toutes façons interprétée pour être rendu ici dans des mots qui semblent à soi le plus justes qu'il soit possi

Es tu vivant (e) ?

Es tu vivant (e) ? Comment manger du mort pourrait-il te nourrir ? .....ça semble devenir végétarien tout seul, sans effort, sans que ce soit un choix mental ou quoi que ce soit du genre. Juste que ça fait 2 semaines que je n'ai pas mangé de morts. (Ce n'est que par éthique et faux principe de supériorité que l'humain ne mange pas d'humain mort mais choisi des animaux, il s'en pense supérieur et se dit que c'est pas grave, pourtant je ne voix pas vraiment de différence, manger du mort, c'est manger du mort). .....mais bon, ce n'est pas la-dessus que porte ma réflexion. Vivant se nourrissent de vivant ! Ca va d'soi. Mais n'allons pas trop vite, il se pourrait peut-être que des croyance

Ravij Kapur.

Je partage un très beau texte de Ravij Kapur que je ne connaissais pas. Je n'ai aucune culture des diverses "religions" ou "philosophies" indiennes de sa lignée, alors je ne connais pas les termes qu'il emploi, comme Turiya. Mais, c'est la première fois que je tombe véritablement sur un texte qui explique ce que j'ai vécu, cette "expérience" de la fondue de la conscience dans l'Absolu. (On met les mots qu'on peut, et je met les miens). Je réalise aussi que cette "expérience" n'est pas une fois pour toute, dans le sens que "ça retournait tout seul en Turiya" très souvent quand j'étais petite, et quand je tentais de l'expliquer à ma mère, entre autre par le sentiment d'immense présence, ça me

Dieu dans un rouge à lèvres

Ne me demandez pas d'haïr le monde, je ne suis plus capable de faire ça ! L'Absolu, Dieu, est dans le rouge à lèvres de la p'tite madame qui, en plein restaurant, se prend au sérieux et sort son miroir pour se crémer de rose les lèvres. Je ne peux plus haïr les manifestations diverses de l'humain, les conditionnements et croyances qui ont l'air de faire l'homme prisonnier dans sa souffrance. Il fut un long temps dans ma vie où j'étais portée par le cours en miracle et l'observation intense des mécanismes de toutes sortes, convaincue que l'ego était un ennemi à combattre, qu'il me fallait me débarrasser de quelque chose !..comme si ça se pouvait qu'il y a Dieu et quelque chose en plus (et par

Innocence

Nous n'avons jamais fait rien fait de mal, d'incorrect ou de non juste. Il n'y a rien à réparer en soi, sur notre propre vie, à propos des choix que nous avons fait. Rien n'a jamais été laissé au hasard de notre petite personne qui aurait pu se tromper. Le pilier du fonctionnement humain est la culpabilité et cette culpabilité agit tant qu'elle n'est pas vue dans son fonctionnement et déracinée. Dès son jeune âge l'enfant qui se fait éduqué par ses parents et la société apprend que certaines choses ne sont apparemment pas à faire et il enregistre que pour être correct, aimé, digne, il doit corriger certaines choses, apprendre à produire certains effets chez ses parents pour les rendre fiers

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square

© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com