© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

June 10, 2019

April 3, 2019

March 28, 2019

March 6, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Ravij Kapur.

April 15, 2017

 

 

Je partage un très beau texte de Ravij Kapur que je ne connaissais pas. Je n'ai aucune culture des diverses "religions" ou "philosophies" indiennes de sa lignée, alors je ne connais pas les termes qu'il emploi, comme Turiya. Mais, c'est la première fois que je tombe véritablement sur un texte qui explique ce que j'ai vécu, cette "expérience" de la fondue de la conscience dans l'Absolu. (On met les mots qu'on peut, et je met les miens). 

 

Je réalise aussi que cette "expérience" n'est pas une fois pour toute, dans le sens que "ça retournait tout seul en Turiya" très souvent quand j'étais petite, et quand je tentais de l'expliquer à ma mère, entre autre par le sentiment d'immense présence, ça me valait un passage chez le spy. ;)

 

Ce texte m'explique aussi pourquoi en moi c'est "conscience d'être" constamment en avant plan. Du coup je vois pourquoi je ne suis pas portée à dire aux gens qu'ils doivent se mettre en arrière-plan, comme si quelque chose serait là à trouver. Oui...je comprend la différence et il en parle dans ce texte, mais je vois aussi que cela se transporte en avant et que lorsqu'une "base" semble là, lorsque ce retournement, ce basculement est assez fort pour laisser des traces on va dire ainsi, il est tout à coup impossible de ne plus se savoir être Je Suis, c'est là tout le temps, peut importe les activités quotidiennes. 

 

À un moment donné, la conscience de soi omniprésente devient naturelle, c'est notre nature sans faire d'effort, le plus simple qu'il soit. 

 

Je précise que je n'ai jamais médité de ma vie, bon 1 ou 2 petits passages de quelques semaines à l'essai de la méditation pleine conscience, mais je n'ai jamais compris ce qu'il y avait là à chercher que je n'étais pas déjà...

 

Voici Ravij : 

" L’état Supra-Causal : C’est le Turiya (Sens d’Être Pur). On y réfère en tant que Sat, chit, ananda. C’est un état de joie prodigieuse, inconcevable ou inimaginable. Toutes les joies et plaisirs du monde ne peuvent quantifier la joie expérimentée dans cet état. Tout devient pâle en comparaison. L’on obtient la connaissance véritable de l’origine du "Sens du Je Suis" ici. Le chercheur apprend qu’il origine du cœur et de là, des vagues de félicité s’élèvent et tombent. Vous explosez avec tant d’intensité qu’il y a un sentiment que vous êtes le Créateur de l’Univers entier. L’univers est à l’intérieur de moi. Ce "Sens d’Être" s’est transformé en Dieu. Il est vrai que l’on ne peut pas voir le "Soi" ; l’on ne peut que l’être, comme l’œil ne peut pas se voir lui-même. Toutefois, l’on peut toujours voir la réflexion de nos yeux dans le miroir. 
Cette réflexion est "Turiya". Turiya est l’état le plus élevé du Jnana ou du savoir. Tous les doutes disparaissent. Le chercheur (DIEU) regarde maintenant sa propre réflexion dans le miroir de Turiya. 

C’est aussi l’état le plus élevé de dévotion. C’est là que le "Sens du Je Suis" est continuellement conscient de lui-même. Il n’y a aucune distractions, aucune visions et aucune forme. C’est une dévotion informe – le genre le plus élevé. Donc, Turiya est également Jnana et Bhakti. 

Turiya est listé comme le 4ième état, mais alors que la compréhension mûrit, l’on observe que Turiya n’est pas le quatrième état mais le SEUL état aussi longtemps que le "Sens du Je Suis" demeure. Les trois états de l’éveil, rêve et du sommeil surgissent et tombent à l’intérieur du Turiya lui-même. Le chercheur comprend maintenant que tout ce qu’il perçoit, dans n’importe lequel état, est dû au Turiya, le courant sous-jaçent de félicité. 

Après ma propre expérience de Turiya, la félicité est toujours demeurée avec moi. Elle ne m’a jamais quittée. 

e. L’état au-delà Turiya n’est pas un état. Après être resté longtemps dans Turiya, il est reconnu de nouveau qu’il y a un témoin – le Véritable Je qui observe cela également. Comment le Turiya lui-même se dissout ou se fusionne en lui, et comment vous devenez l’inconnu, l’éternel n’est jamais connu. Rien n’est connu à propos de Cela. Plusieurs noms lui sont attribués comme le SOI, le Véritable Je, l’état au-delà des états, la Réalité/Vérité, l’état Avyakta etc. etc. Mais toute description est fausse. Cela EST seulement. Dès que vous essayez de le décrire, la réalité cesse d’être la réalité. Le plus près que nous puissions essayer et les mots pouvant être utilisés serait de l’appeler "L’Inconnu". 

La disparition complète du témoin et de l’observation simultanément est la véritable signification de la déclaration "Je n’existe pas". Il est maintenant vraiment "vu" que je n’existe pas, et parce que je n’existe pas, rien n’existe également. C’est la Libération finale. " 

Q. 10. Qu’est l’avant-plan et l’arrière-plan ? Est-ce expérimenté durant l’état éveillé ordinaire et transporté dans notre vie également ? 

Votre "Sens d’Être" ou votre "sens du Je Suis" est votre avant-plan. Lorsqu’il est suffisamment purifié par les 4 étapes mentionnées plus haut, il devient le "sens d’Être" pur (Turiya) 

Après la réalisation du Turiya dans la méditation, le souvenir de la félicité ou de la connaissance de Turiya est très bien transporté dans l’état de veille également. Ceci devient une partie de notre vie active et il s'approfondit là, procurant une félicité et une joie immense. Le corps nage dans un océan de félicité avec chaque cellules du corps le célébrant et cela sans importance avec ce qui se passe à l’extérieur, cette félicité ne se perd pas. Pour moi, l’expérience de la félicité de l’avant-plan est permanente et elle est demeurée avec moi dans toutes les situations de l’état de veille. 

La qualité du "SOI" de l’arrière-plan est très différente lorsque transportée dans l’état éveillé. Je m’en souviens comme une "présence puissante". Il y a très peu de souvenir et de connaissance sur ce qui se passe autour de vous. Il y a une indifférence absolue pour tout autour de vous, une inattention totale. Devant cette présence aucun bhavas, aucunes sensations, aucunes émotions et aucune joie qui existe n’a beaucoup d’importance. Il n’y a qu’une puissante tranquillité. Chaque parole, marche, travail, devient laborieux et même un sourire quelques fois semble une corvée. C’est pratiquement comme si le temps était venu pour que le corps parte et vous êtes désireux et prêt à faire la transition requise de la Conscience à la non-Conscience (sombrer dans l’état après la mort) Vous êtes pratiquement mort à tout sauf à cette immense sensation de présence, qui vous tient. Les sens perdent complètement leurs prises sur vous et ainsi vous pouvez apparaître éteint, paresseux et sans beaucoup d’énergie. 

Vous êtes plus heureux étant seul ne sachant rien et ne faisant rien. L’approfondissement de cette "présence" peut déstabiliser votre vie personnelle et active. C’est le PLUS désirable état dans lequel être car la qualité du silence et la forte tranquillité dépasse de beaucoup tout les plaisirs de la vie matérielle, mais toutefois ceux qui ont encore beaucoup à accomplir dans la poursuite de la vie matérielle et personnelle doivent être conscients des conséquences et effets sur la vie quotidienne. Je demeure quelques fois dans l’arrière-plan mais pas longtemps à moins cela me rattrape soudainement. Maintenant je préfère demeurer dans l’avant-plan, car je suis encore actif dans une variété de choses. 

Prenez note que j’ai tenté de présenter mes propres expériences concernant les aspects comme l’avant-plan et l’arrière-plan. Ils peuvent ou non, se manifester exactement de la même manière pour d’autres. 

Q. 11. Est-ce qu’il y a plusieurs sortes et degrés de silence ? 

Le SILENCE est UN. C’est la Vérité/Réalité elle-même. Toutefois à des degrés variables il se manifeste dans les états de veille et du sommeil. Durant l’état d eveille il apparaît comme une espace entre deux pensées, souvent adressé comme le "MAINTENANT" ou le "Présent". Plusieurs pensent que cela est la libération, mais c’est seulement le premier pas. Ce n’est qu’un a-perçu de l’absence du mental (no-mind) En progressant profondément dans les couches de la Conscience, le silence est perçu comme l’état de vacuité, vide. C’est ici que le mental arrive à une halte complète, mais même cela n’est pas le véritable Silence. 

Le véritable silence prend place avec la disparition de la Conscience ("Sens du Je Suis") lui-même. Ceci est au-delà de tout bonheur, toute joie et paix – LA RÉALITÉ. 

Merci pour votre temps. 

Jaiastu, 

Rajiv Kapur

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square