© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

June 10, 2019

April 3, 2019

March 28, 2019

March 6, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Conscience consciente d'elle-même.

June 5, 2017

 

 

 

C'est conscient présentement ? Là, immédiatement conscient ? Oui. Est-ce que c'est conscient d'être conscient ? C'est comme si ça reculait d'un degré. La conscience se sait être consciente, c'est de la pure réflexivité, comme si un miroir pouvait savoir qu'il mire et qu'il saurait qu'il se mire en lui-même.

 

Bon. C'est conscient d'être conscient là ? À partir de là, bouger, se lever, vaquer à ses occupation SANS perdre cette conscience d'être conscient. C'est possible ? Essayez si cela vous plait. Rester en sa propre conscience, sans partir dans toutes les directions. Rester en soi avec soi, conscient de soi, même en lavant son linge, en prenant un appel téléphonique, en parlant avec un ami, en coupant des carottes, en prenant un café au resto du coin, etc. Toutes choses vécues dans ce "se savoir être conscient" intérieur, prennent une magnificence, même et surtout dans les toutes petites choses de l'ordinaire. Car c'est la conscience consciente d'elle-même qui apporte cela, tout est en elle et ce vécu amène une perception totalement différente. Bon, vous avez essayé ? Avez-vous vu le glissement, la perte de soi, puis le retour, puis à nouveau le glissement dès que l'attention se porte à "l'extérieur" ? Exercice chouette pour mesurer en douce le niveau de présence à soi...Quand la conscience se prend pour quelqu'un, naturellement elle est retournée vers l'objet moi/je et cette qualité intérieure de se savoir être conscient n'est pas.

 

Il est très facile de prétendre à cette qualité de conscience de soi lorsque seul avec soi-même ou en vivant en reclus loin du brouhaha des villes, loin des préoccupations d'un travail ou de toutes autres formes de vie qui baignent dans l'agitation. Le véritable défi, l'éveil en action est de vivre cela tout en se mêlant à la vie autour de soi ou à des activités diverses. C'est là que l'attention consciente est la plus sollicitée et si elle croit à ce qu'il se passe dans le mental, le sentimental ou l'émotionnel, il y a de fortes chances qu'un glissement surgisse et que tout à coup une perte de conscience soit éprouvée.

 

Suite au Retournement définitif de la conscience sur elle-même, ce non-événement intérieur, la conscience se sachant sujet vrai, il est impossible que ça ne soit plus su, connu, vécu. Il y a une qualité de conscience à soi-même qu'il n'est plus nécessaire d'aller soi-disant chercher dans un arrière-plan quelconque. C'est là, en avant-plan parce que c'est su comme étant soi, vécu comme étant soi. S'il y a glissement de l'attention sur un objet, c'est su aussi parce que ce déplacement est ressenti, a-perçu et qu'il s'en suit un redressement, un ajustement qui ramène à ce "se savoir être conscient". Ce redressement est ce que j'appelle le geste d'éveil, mot emprunté à mon ami Joaquim car ce mot représente si bien mon vécu que je ne peux faire autrement que de l'utiliser aussi.

 

Il n'y a pas de lutte ni d'effort pour être conscient d'être conscient, s'il y en a, c'est qu'il y a quelqu'un qui tente de faire l'exercice, qui souhaite être conscient d'être conscient et nécessairement qui va perdre cette qualité de conscience dès lors qu'il va se lever pour faire quelque chose, parce que l'attention se portera naturellement sur ce qu'il fait. Dans le retournement véritable, faire quelque chose en gardant la conscience en elle-même est naturel, la conscience le fait d'elle-même parce que sa nature de s'auto-réfléchir devient naturelle, fluide. C'est une sorte de conscience à 360 degrés qui porte sur les choses "extérieures", donc sur ce qui est vécu dans le relatif, TOUT EN étant en elle-même avec cette attention naturelle et douce en elle-même, avec pour "résultat" une Présence à soi intense, vivante, englobant tout. Tout devient transparent, ce qu'il se passe en soi, ce qui se vit apparemment à l'extérieur et les enjeux divers que ça apporte, ce que vivent les "autres" (qui ne sont dorénavant plus vus comme extérieur à soi), etc...

 

Aussi et surtout, il n'y a plus le besoin d'une recherche de se re-trouver si un glissement temporaire surgit car il est intégré que personne n'y peut rien. Le redressement, ce retour à soi intérieur se sachant revient naturellement. L'attention tendue vers l'extérieur ne peut jamais être permanente, la conscience reprend sa position normale qui est d'être dorénavant en elle-même.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square