Qui croit à l'impersonnel ?

La conscience est un sujet. Le seul vrai sujet. La qualité première du fait d'être conscience (et non pas d'être quelqu'un ayant conscience) est ce "sentiment" de Présence. Tant qu'il y a un moi fictif qui croit exister et qui croit devoir accéder à une conscience, il y a séparation.

En tant que conscience/vrai sujet, Je suis sans sentiment de séparation. Ce je ne disparait pas, il a toujours été le seul vrai sujet tandis que le moi/je fictif croyait que c'était lui le seul sujet de son monde et c'est donc lui qui croit à tort que tout est impersonnel car dès que le retournement s'actualise et que je suis conscience, c'est si intime et juste qu'il est impossible de déclarer que tout est impersonnel...et au contraire, ça devient encore plus personnel, profond, infiniment près, infiniment soi-même, vivant. Et je me rend compte à quel point le moi fictif n'est qu'un simple rêve, une inexistence, un fait improbable.

Du point de vue de ce que je suis réellement, conscience, le mot impersonnel n'est pas attribuable à quoi que ce soit. Ni au moi fictif puisque ce dernier n'est pas, ni à moi conscience car je suis Personnelle...du coup, pourquoi l'employer partout ? Qui déclare que c'est "devenu" impersonnel après l'expérience d'éveil ? Surement pas la conscience-je que je suis car c'est très intime, très sujet, très moi/je (mais pas au sens ego, fictif, histoire inventée).

Il ne peut donc qu'y avoir le moi fictif qui serait encore caché quelque part pour observer et déclarer "je suis disparu, tout est donc impersonnel car ça ne m'appartient pas, ça se passe sans moi"...

Habiter les réels souliers de la conscience pure, ÊTRE CELA, c'est admettre l'évidence directe que je suis intimement JE. Rien d'impersonnel la-dedans !

Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com