© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

June 10, 2019

April 3, 2019

March 28, 2019

March 6, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Ce que tu es passe par ce que tu crois être.

October 8, 2017

 

Ce que tu es passe par ce que tu crois être. 

 

il n’y a pas de chemin extérieur à soi pour découvrir sa véritable nature, Cela passe inévitablement par ce que tu CROIS ÊTRE…donc, oui, par la petite personne, l’ordinaire personne de tous les jours, celle qui veut se sortir d’elle-même, trouver autre chose qui la rendrait heureuse, celle qui croit ne pas être née sous une bonne étoile. Oui, celle-là. 

 

C’est que Cela, ta véritable nature, conscience je non identifiée aux conditionnements, est au coeur profond de soi. Soi, au coeur de soi. Comment donc serait-il possible de trouver Soi en dehors de soi puisqu’il est dans ses profondeurs les plus intimes ? Dans mon expérience, il n’y a pas de mouvement de recul, il n’y a pas d’arrière plan mais plutôt, si on veut parler de mouvement, un de descente en soi…et le sentiment d’existence, ce « se savoir exister », est la clé, le chemin qui conduit dans les profondeurs de soi-même. 

 

Être attentif, doucement, au fait de se savoir exister. Rester avec ce « sentiment » d’existence en soi. Oui, même si c’est soi en tant que quelque chose de pas clair appelé « personne », avec ses tas de conditionnements et croyances de toutes sortes. Ca doit passer par là. La persistance douce et non forcée, de rester avec le sentiment d’exister, descend et défonce une à une les couches de qui l’on croit être. Lorsqu’il n’y a plus rien à ouvrir, lorsque cette douce mais persistante attention atteint la dernière couche et qu’elle la défonce, Soi se découvre en un retournement qui a lieu car l’attention est vide, libre et ne peut alors plus faire autrement que de reconnaitre que Ce qui a été atteint là, a toujours été là, Soi, véritable « personne » sans identité. Il n’y a donc rien eu d’atteint, d’obtenu puisque c’est de soi dont il a toujours été question. 

 

Tourner son attention en soi plutôt que sur le monde « extérieur » n’apporte, du moins au début, aucune gratification, aucun plaisir. C’est même fade, triste et vide. Il est très possible aussi, même que c’est assez inévitable, que seront rencontrées les peurs de toutes sortes, les histoires et autres scénarios idéaux ou au contraire d’horreur, bref il est impossible d’oblitérer ce passage obligé. C’est donc dire la motivation inconsciente que cela prend car il est plus facile de fuir en mettant son attention à l’extérieur pour chercher les objets qui feront plaisir, question de mettre une diachylon sur le bobo du vide intérieur,  le temps de quelques jours, heures, semaine ou même toute la vie.

 

La recherche spirituelle est une fuite en avant, le chercheur, à moins qu’il se retourne attentivement en lui, dans un désespoir final de ne jamais avoir trouvé dehors, poursuit une quête en croyant fortement que quelque chose est là, pour lui, et qu’il n’a tout simplement pas eu la chance de trouver encore.

 

Ca prend une grande écoeurite pour que ce mouvement d’attention accepte enfin d’aller voir à la seule place possible pour enfin se trouver, EN SOI. Mais ce n’est pourtant qu’en soi qu’il Se découvrira enfin. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square