© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

June 10, 2019

April 3, 2019

March 28, 2019

March 6, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

moi/Soi soi/Moi

November 13, 2018

 

Le problème du chercheur d'éveil c'est son identification aux discours impersonnels, au "il n'y a personne" et toute la facette qui parle du retrait dans la sphère absolue où il n'y a pas de souffrance. Il n'écoute que des discours inachevés, des paroles qui racontent la moitié de l'affaire et qui laissent ainsi croire qu'il atteindra un état où il sera détaché du manifesté à commencer par lui-même, son mental, ses pensées, ses émotions, son corps, sa famille, ses attachements, son quotidien, etc. Il croit au UN mais son UN est le résultat d'un rejet, un rejet de moi en tant que personne et son monde pour plutôt jouir de Soi, un espèce de concept qu'il fabrique en tour d'Ivoire où il existe mais demeure intouchable. Comment cela serait-il possible ? Comment UN pourrait être le résultat d'une division, d'un rejet quelconque...!

 

Très souvent dans les partages qu'on m'adresse il y a cette notion...quelqu'un a vécu l'absence de moi pendant un bout de temps, s'est Retrouvé et a vu ce qu'il est profondément et intimement et PAF, avec un certain temps plus ou moins long, parfois permettant une forme d'intégration, d'autre fois non,  la valse a changé de côté et il semble s'être perdu, est revenu dans le corps, le mental, les émotions et là inévitablement la croyance joue son jeu : Je ne suis pas un corps, une personne séparée, un moi aux histoires, je veux revenir à Ce que je suis. Évidement il trouvera sur son chemin des discours impersonnels qui ne racontent que cette part de la "Chose" et s'y accrochera d'avantage, convaincu qu'il a loupé quelque chose. 

 

Sauf que la roue n'est pas complète et que son UN absolu constitué du résultat d'un rejet du petit moi ne tient pas la route, ce n'est pas le UN mais un concept du UN. L'expérience ultime de la roue qui a fait le tour, de l'horloge qui atteint 24h fait voir et vivre un effondrement des contraires moi/Soi, un tel effondrement qu'il est vécu par la suite que c'était la même chose, que jour ou nuit sont ensemble et ne pourront jamais être séparés, que la dualité est la plus belle chose qui puisse exister puisqu'elle nous fait nous découvrir !! Manifestation = Non manifestation. Je suis Et Je ne suis pas. Les deux doivent exister en même temps pour que le UN soit total, complet et sans parties sorties de Lui. Cet effondrement amène par la suite une parfaite harmonie de ses apparents contraires. Ce n'est pas qu'il est vu que, par exemple, les histoires ne devraient pas exister, mais plutôt qu'elles existent comme un parfait contraire avec la clarté d'esprit sans histoire. La clarté d'esprit sans histoire n'est pas ce que je suis au détriment des histoires, non, les deux ne peuvent cohabiter sans l'autre ! Soi n'existe pas sans moi et moi n'existe pas sans Soi. Ainsi il n'y a plus de préférence d'état, il n'y a pas de regrets à une identification passagère, les pensées se meuvent, le flux de la vie a lieu, le théâtre se joue et c'est mystère et joie de l'intégrer parfaitement tellement en soi/Soi c'est apaisé par rapport à ca. Il n'y a pas de lutte entre un éveil supposé qui serait le résultat du rejet d'une erreur, celle de s'être identifié à son théâtre. Et dans cette non lutte totale quoi qu'il advienne comme identification, la paix permanente y est, le Soi s'intègre à travers le moi, tous deux translucides et vivants intimement leur danse.  

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square