© 2017 par Christine Morency. Créé avec Wix.com

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

June 10, 2019

April 3, 2019

March 28, 2019

March 6, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Il n'y a pas d'objet en moi.

January 10, 2019

C : "Tu sais l’état sans tête ? Le vécu qu’il n’y a personne, que tout se joue tout seul, que la vie nous agit, qu’il n’y a jamais eu véritablement quelqu’un qui choisissait, décidait. Ce bienheureux « état » inqualifiable de ressenti que je ne suis rien ni quelqu’un, que tout ce qui « m’arrive » arrive impersonnellement ? Tu sais hein ? Tu le vies ? « 

P : « Oui »

C : « On va explorer un peu si tu veux. Ce sentiment est qu’il n’y a vraiment personne dans ces moments là, je sais, mais pourrais tu dire que tu es devenu une chose ? Est tu devenu un objet ? Il y a un sentiment, un ressenti car « tu » sais que c’est impersonnel » 

P : « ……. » « oui, je peux dire que c’est impersonnel, c’est donc que je m’en rend compte, euh…du moins ça s’en rend compte ». 

C : « Ok, Ce qui vit et ressent que c’est impersonnel, c’est quoi ? »

P : « C’est la conscience. Dans la disparition du moi, la conscience prend la place de la personne qui se croyait exister »

C : « Ha!, la conscience dis tu ! ….ouais, la conscience. Euh…c’est quoi la conscience, un objet ? C’est quelque chose ? Si tu me dis oui, tu aurais alors un objet qui vit en dedans de toi, ça fait pas un peu bizarre ?, un objet ça ne vit pas, ne ressent pas, n’a même pas conscience d’exister. Mon chat vit, mais le sofa devant ma télé non. » Un objet peut-il vivre, sentir, même impersonnellement ? 

P : « Oui, je vois, ça ne peut pas être un objet, mais ÇA VIT pourtant sans moi » 

C : « Ca vit, ça vit !! qui Ca ? Qui vit ? Qu’est-ce qu'est le Ça impersonnel que tu dis qui vit ? On vient de déterminer que la conscience qui vit en toi ne peut pas être un objet comme un sofa, ça n’est pas du tout logique car même impersonnel, un objet n’aurait aucun ressenti, aucune sensation tandis que là, même si c’est un senti impersonnel, quelque chose sait que ça vit impersonnel, peut le ressentir et le dire ! Et c’est là au coeur, pas à deux pieds devant toi. »

P : « …… »

C : « Qui alors ? Pourrait tu envisager que la conscience que tu dis qui vie en toi serait plutôt un sujet qu’un objet car c’est une perception vécue et directe. ? » 

P : "Ok…admettant alors que la conscience qui se vit serait en fait un sujet se sachant être….peut-il y avoir conscience et moi en plus ?. Non, on serait alors deux. Pourtant quand je dis que cette sensation impersonnelle ce n’est pas moi c’est la conscience, ça doit supposer automatiquement que je ne prend pas la conscience pour un sujet car on serait deux, je la prend donc pour un objet…mais ce ne se peut pas, un objet ne peux pas vivre en moi ! Euh…pourtant, ça ne peut pas être moi, moi a éclaté en milles morceaux lorsque son illusoire réalité a été démasquée!. » 

C : « T’as raison, en effet, c’est pas le moi aux histoires…ok, arrêtes tout et va te regarder dans le miroir....Voilà…dans tout ton beau sentiment impersonnel, dans cet état où la conscience qui se vit est en avant plan, regardes dans le miroir. Regardes ce corps…le vois tu ? Tu vois le corps et tu sens que c’est impersonnel n’est-ce pas ? »

P : « …..oui »


C : « Maintenant, on va y aller doucement, comment te rends tu compte que c’est impersonnel ? Pour que ça puisse affirmer et ressentir que c’est impersonnel, il faut qu’il y ait un état des faits, des ressentis, un genre de constat. Un objet peut-il faire ce constat ? Non, c’est donc obligatoirement un sujet. Même si tu choisi un mot comme "la vie qui vit" ou « cela" ou "la conscience", c’est un peu faux de le dire ainsi car si c’était extérieur à toi, ce serait un objet et on a vu que c’est impossible. Un objet ne pourrait faire le constat que, par rapport au moi fictif disparu qui était vécu comme personnel, tout à coup tout est vécu comme étant impersonnel. Alors quand tu dis « c’est la vie qui vit » ou « c’est la conscience qui vit à la place de moi », tu ne vois pas que tu fais de la vie ou de la conscience un objet et que cet objet aurait donc prit la place de toi. Qui alors ressent que c’est impersonnel ? L’objet ? Un objet ne peut pas prendre ta place pour vivre à ta place. »

P : « Attends, je vois que la vie ou la conscience ne peut pas être un objet car dans la disparition de moi, ce serait un objet qui prendrait la place et alors ça ne pourrait même pas se rendre compte que c’est impersonnel. Mais moi je m’en rend compte, c’est bizarre en effet. Là ça se rend bel et bien compte que c’est impersonnel, ça peut même le dire aux autres, affirmer que c’est sans tête et tout. Mais euh, si la conscience était séparée de moi et pouvait dire « c’est moi qui vit dedans de toi à la place du moi», elle serait donc un sujet pour pouvoir me le dire, car là je vois bien qu’un objet ne peut pas prendre ma place pour vivre à ma place !! Donc que je mette le mot vie ou conscience, je dois admettre que c’est un sujet car un objet ne pourrait pas prendre la place du moi fictif disparue… » C’est donc que CELA que je pensais qui vivait à la place du moi fictif n’est pas un objet mais euh…attend, on ne peut pas être deux sujet en moi !! c’est donc que ce que je disais être la conscience qui vit en moi est nulle autre que MOI EN TANT QUE SUJET PUR ?? !!! WAAA !» 

C : «  :) Encore toi oui, mais ça n’a rien à voir avec le moi fictif aux histoires. En fait, vois qu’il y a eu maldonne dès le départ. Conscience/Soi a toujours été un sujet qui, on va dire, semble prendre la place du moi fictif quand celui ci est défait. Comme le moi fictif avec ses histoires était très personnel, avec un senti personnel très puissant, lorsqu’il disparait, Je, en tant que sujet pur, me redécouvre pur, avec la très incroyable sensation et vécu que tout est impersonnel. Mais J’AI toujours été Soi/Conscience. Il n’y a toujours eu qu’un seul sujet en moi, moi !! Même en tant que conscience impersonnelle, je me sais, je m’existe ! Le mystère est que ce que je suis véritablement est impersonnel, anonyme, n’a pas d’histoire. Mais c’est vécu direct, c’est un sujet et je suis ce sujet. Impossible alors de ne pas dire moi. Moi impersonnel me suis manifesté en tant que premier moi sans tache, sans conditionnement, dans la perception directe, mais c’est du manifesté quand même au même titre que quand je deviens plutôt le petit moi fictif aux histoires et que je porte alors un sentiment tout à fait à l’opposé, un sentiment que tout est personnel. En fait c’est juste l’autre partie du rêve, un rêve de moi personnel et un rêve du Moi impersonnel (que plusieurs appellent Soi lorsqu’il n’ont pas saisi qu’un objet en soi ne peut pas exister et qu’il s’agit que de soi-même!). 

Tous deux font partie de la manifestation. Tu peux le voir comme un balancier "personnel/impersonnel" ou avec des métaphores "moi/non moi" dans le sens du moi fictif ou "moi/Soi" dans le sens du faux moi/vrai moi, mais c'est toujours le seul et même sujet, moi conscience, identifié ou non. Les deux états doivent disparaitre dans le non-manifesté, dans le Néant Absolu de tout les possibles. Après, Te sachant Absolu, il n’y aura plus de préférence entre apparaitre en tant que moi fictif aux histoires et Moi/Conscience/Soi pas d’histoires."

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square