March 18, 2020

January 17, 2020

September 10, 2019

August 12, 2019

August 2, 2019

June 27, 2019

June 18, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Reflexion consciente

January 17, 2020

 

C’est la première fois que j’écris pendant un vol en avion. On survole les nuages. Le repas est fini, c’est l’heure de la tisane de jasmin. Il reste 3 ou 4 heures avant l’arrivée à Montréal. Puis, réflexion sur la réflexion de la réflexion 🙂 Autrement dit, comment sais-je que je me sais ? La conscience est réflective, je me réfléchie en moi-même, me sachant car me reflétant en tant que conscience au dedans de ma conscience, au sein. De toutes façons, il n’y a pas vraiment autre part où aller, où se refléter. Se perdre dans le monde est un leurre parce que le monde est aussi conscience. C’est encore donc en soi qu’on se perd, sauf qu’on en a pas conscience à moins d’être conscience réflétée et voir ainsi que la matière est aussi que la conscience. 

La table de la cuisine n’est rien d’autre que de la conscience rendue visible. Rendue visible. 

L’Absolu est l’espace qui nous entoure. Et c’est non visible, non manifesté...tout à coup, par miracle impossible à comprendre, ça se meut en vouloir. Émerge alors la conscience séparée de l’espace, matière subtile d’abord puis de plus en plus solide, d’expérimentation en expérimentation, de vouloir en vouloir. De la matière solide vient aussi les corps à partir et avec lesquels il sera possible d’affiner encore plus l’expérience de se perdre en conscience de soi pour devenir « autre », pour se densifier. Puis après les corps divers, le corps humain doté d’un niveau de conscience apparement plus élevé que l’animal, la plante, le minéral ou n’importe quoi d’autres. Oui...en apparence. Sauf que la table de la cuisine n’est que l’aboutissement, comme n’importe quelle autre matière, de la conscience ayant affiné son expérience de densification au point de perdre sa subtilité, son savoir être soi. Mais c’est la même conscience, il n’y a jamais eu rien d’autre.

Alors il n’y a rien à enlever et rien à ajouter qui ne soit pas déja de la conscience à un niveau plus ou moins conscient de soi. Le retournement de la conscience sur elle-même, c’est quand tout à coup le déclic de l’auto-réflexion se fait, quand il est réalisé que tout et soi-même n’est que conscience au point où elle n’a d’autres choix que de se refléter en elle-même, peut importe où elle décide de mettre son regard...et c’est à l’infini car il n’y a rien d’autre. Et c’est infiniment Présent, la refléxion de la conscience en elle-même étant automatiquement QUE Présence à elle-même. Si, pour une raison ou une autre, il y a momentanément perte du savoir reflectif en soi, par exemple lorsque le corps et le mental se rappelle que prendre une gorgée de tisane bien chaude sur un vol Zurich-Montréal est toujours agréable, c’est accompagné de la Présence à soi en tant que conscience qui accepte, qui joue, qui se fond dans son propre plan matériel aussi conscience ! Il n’y a plus jamais de réelle perte et c’est infiniment rassurant.

Quel puissant mystère qui toujours me fascine !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square